Message d'erreur

  • Notice : Undefined property: stdClass::$nid dans _sps_preprocess() (ligne 476 dans /var/www/afr100.org/htdocs/profiles/lightning/modules/contrib/sps/sps.module).
  • Notice : Undefined property: stdClass::$nid dans _sps_preprocess() (ligne 476 dans /var/www/afr100.org/htdocs/profiles/lightning/modules/contrib/sps/sps.module).
  • Notice : Undefined property: stdClass::$nid dans _sps_preprocess() (ligne 476 dans /var/www/afr100.org/htdocs/profiles/lightning/modules/contrib/sps/sps.module).
  • Notice : Undefined property: stdClass::$nid dans _sps_preprocess() (ligne 476 dans /var/www/afr100.org/htdocs/profiles/lightning/modules/contrib/sps/sps.module).
  • Notice : Undefined property: stdClass::$nid dans _sps_preprocess() (ligne 476 dans /var/www/afr100.org/htdocs/profiles/lightning/modules/contrib/sps/sps.module).

Financement durable de la restauration des forêts et du paysage

Author(s)

Liagre, L. ; Lara Almuedo, P. ; Besacier, C. ; Conigliaro, M.

Date

7 octobre, 2016

Download report

Addthis widget

Addthis widget

Il est nécessaire de mobiliser plus de 300 milliards USD par an pour restaurer les paysages dégradés de notre planète et atteindre l'Objectif de développement durable (ODD) 15.3 visant à lutter contre la désertification, restaurer les paysages et les sols dégradés (y compris les zones affectées par la désertification, la sécheresse et les inondations) et s'efforcer de mettre fin à la dégradation des paysages d'ici 2030.

Cependant, alors que les gouvernements sont de plus en plus confrontés au manque de financements et que la coopération au développement montre ses limites en termes de croissance, les solutions de financement à long terme pourraient reposer sur le secteur privé et les instruments qui permettent de s'autofinancer durablement, tels que les fonds pour l'environnement.  En effet, il existe beaucoup de moyens de lever les fonds nécessaires à la restauration des forêts et du paysage (RPF). Parmi ceux-ci, on peut citer les ressources de la coopération au développement, le financement climatique, les organisations non gouvernementales (ONG), les budgets nationaux, les fonds pour l'environnement, le financement participatif et l'investissement du secteur privé.

Afin de fournir un aperçu des possibilités de financement et des obstacles à la mise en œuvre de la RPF, l'Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Mécanisme mondial (MM) de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification ont publié au mois de décembre dernier un document de travail intitulé « Le financement durable de la restauration des forêts et du paysage : opportunités, défis et marche à suivre ». Partagée à l'occasion du Forum mondial sur les paysages des 6 et 7 décembre 2015 à Paris (France), cette publication souligne la nécessité de créer un environnement favorable à l'investissement du secteur privé pour la RPF, notamment pour soutenir les innovations actuelles en matière de financement grâce à des fonds d'innovation, et pour combler le fossé entre les concepteurs de projets et les investisseurs en termes de conception de projets susceptibles d'être financés.

En fait, la création de conditions favorables au financement de la RPF implique la prise en compte de certains points clés. Le développement de marchés pour la RPF est un élément clé de la promotion des interactions et des discussions relatives aux opportunités mutuelles pour la mise en œuvre de la RPF. Toutes les parties prenantes sont appelées à soutenir leur création et leur gestion. Les expériences réussies de partenariats et d'alliances pour le RPF réalisées à différents niveaux (mondial, régional, national et local) devraient être prises comme références pour la suite de la mise en œuvre de la RPF. À cette fin, des informations sur les exemples à suivre et les leçons tirées de l'expérience devraient être mises à disposition et largement diffusées. Pour combler le fossé entre les promoteurs de projets et les investisseurs, le développement d'un langage commun entre les deux parties est crucial. À cette fin, des efforts devraient être mis en œuvre pour harmoniser les concepts, les définitions et la terminologie utilisés par les différents groupes d'acteurs et pour développer un vocabulaire commun. Pour atteindre cet objectif, des mesures de renforcement des capacités et des processus d'apprentissage communs pourraient jouer un rôle clé.

Les responsables politiques des pays développés ou en voie de développement peuvent aussi jouer un rôle clé dans la mise en place d'un environnement favorable à la RPF en prenant la tête d'un groupe d'importants investisseurs mobilisés pour la RPF. Même sans contrôler les capitaux privés, ils peuvent soutenir la levée de fonds en :

  • Intégrant la RPF dans les budgets nationaux et les fonds d'investissement publics, ainsi qu'en vérifiant que ces outils de financement n'ont pas d'effets négatifs sur les paysages ;
  • Mobilisant des fonds d'Aide publique au développement (APD) pour la RPF (en tant que bailleur de fonds ou bénéficiaire) et en adaptant les divers outils de l'APD à la RPF ;
  • Assurant la promotion de la RPF comme une solution conjointe permettant d'atténuer et de s'adapter au changement climatique, ainsi qu'un travail de plaidoyer en faveur d'un volet sur la RPF dans les instruments relatifs au changement climatique comme le Fonds d'adaptation et le Fonds vert pour le climat ;
  • Développant des systèmes pour assurer le suivi des dépenses pour la RPF et des mécanismes de collecte de données sur les coûts et les avantages des investissements pour la RPF ;
  • Concevant, adaptant et mettant en place des mécanismes de financement pour la RPF au niveau national et local, comme des fonds nationaux et locaux pour les forêts ;
  • Utilisant ces outils de financement pour mettre en place des dispositifs publics et incitatifs (par ex., des instruments de paiement pour services environnementaux) et en combinant ces dispositifs avec des investissements dans les chaînes de valeur durables afin d'assurer une stratégie de financement autonome à long terme ;
  • Augmentant la mobilisation du secteur privé, notamment en ce qui concerne les fonds privés pionniers et les autres initiatives innovantes comme les fonds à multiples niveaux qui peuvent bénéficier du soutien des gouvernements et des institutions publiques ;
  • Créant un cadre juridique et réglementaire qui établirait que les paysages sont « prêts à recevoir des investissements » pour attirer l'attention des investisseurs vers la RPF ;
  • Mettant en place des mécanismes d'atténuation des risques afin de mobiliser très largement les investisseurs en faveur de la RPF ;
  • Assurant la promotion des partenariats et des alliances au niveau local, national, (sous-)régional et international, ainsi qu'en participant à la création d'initiatives internationales pour la RPF.

Le Mécanisme de restauration du paysage forestier élaboré par la FAO est appelé à jouer un rôle facilitateur en soutenant les efforts des gouvernements qui visent à réaliser des progrès importants dans la mise en œuvre de la RPF. À cette fin, des actions pragmatiques et des projets concrets, y compris sur le financement de la RPF, sont en cours de développement et de mise en place dans plusieurs pays situés dans le monde entier.

 

Lecture essentiel

Video sidebar: Publication nodes